erixpage dot com

La légende du héros chasseur d'aigles, de Jin Yong

J'ai recommencé à lire un peu, ces temps-ci. Notamment d'excellents livres: La chute d'Albert Camus par exemple, ou encore Le Nom de la Rose d'Umberto Eco (merci Olivier). Mais ces livres sont archi-classiques, ils n'ont pas besoin de moi pour les promouvoir. Non, aujourd'hui j'ai envie de parler d'un livre d'un tout autre genre, mais que j'ai aussi adoré, La légende du héros chasseur d'aigles, de Jin Yong.

La légende du héros chasseur d'aigles est un wuxia xiaoshuo (武侠 小说), c'est-à-dire un roman de kungfu. Mais par "roman de kungfu", il ne faut pas s'imaginer un livre ne faisant que décrire des combats à la Bruce Lee. En fait, le roman de kungfu est un genre littéraire très très populaire en Chine. Il met en scène de multiples personnages dans la Chine historique. Enfin, pas tout à fait la Chine historique: les scénarios se déroulent principalement dans le Jianghu, le "monde des Fleuves et des Lacs", une région imaginaire dans laquelle vivent des rebelles, des sages, des hors la loi, dont le kungfu est si avancé qu'ils peuvent être aussi légers que l'air en concentrant leur neigong (énergie interne). Leurs valeurs essentielles sont l'honneur et la justice, donc ils n'hésiteront pas à mettre leur vie en jeu s'il faut protéger un faible, ou venger un parent.

Les histoires sont souvent des sagas se déroulant sur plusieurs générations. Elles sont d'abord publiées en feuilleton dans les journaux, puis en romans, et sont reprises en séries télés quand elles ont eu du succès, ce qui est généralement le cas. Ce qui fait qu'en allumant la télé en Chine, on a toutes les chances de tomber sur une série de wuxia. Jin Yong est un des auteurs de romans de kungfu les plus connus. Il a publié plusieurs sagas, qui sont d'ailleurs liées entre elles. La légende du héros chasseur d'aigles est paru en 4 tomes en Chine, mais a été réduit à deux tomes dans la version française. Je ne vais pas me plaindre, c'est déjà très bien qu'il y ait une version française...

J'ai dit qu'il y avait de nombreux personnages, des intrigues évoluées profondément liées à l'histoire de la Chine, et une part de philosophie sur laquelle se base le kungfu. Ca peut sembler beaucoup, et paraître difficile à aborder pour un néophyte. C'est ce que je croyais quand Xue m'a conseillé ce livre, mais je me trompais complètement: en fait c'est super simple à lire ! Car les personnages sont nombreux mais très stéréotypés, donc on ne peut les confondre; de plus le style d'écriture est très simple, un peu comme pour un livre pour enfant. Tout cela fait que le livre se lit très facilement, et on est très vite pris dans l'histoire, et on en a pour son argent car l'histoire est longue :-) Et en plus de faire passer un bon moment, ce livre permet de vraiment comprendre l'histoire de la Chine et ses valeurs, qu'on retrouve encore dans la Chine actuelle.

Bref, je conseille vivement La légende du héros chasseur d'aigles de Jin Yong, premier roman de kungfu paru en français. Ca se trouve chez Amazon par exemple. Vous trouverez sur leur site le résumé du livre, vu que je ne l'ai pas fait moi-même.

2046, de Wong Kar Wai

2046

Ce film est génial, j'ai adoré.

Résumé (tiré du site officiel): Dans sa petite chambre d'hôtel, Chow Mo Wan, écrivain en mal d'inspiration, tente de finir un livre de science-fiction situé en 2046. A travers l'écriture, Chow se souvient des femmes qui ont traversé son existence solitaire.

Bon, d'accord, ce résumé ne met pas particulièrement l'eau à la bouche, ne donne pas forcément envie de voir le film. C'est vrai, 2046 est très loin des films hongkongais qu'on a l'habitude de voir. Ici, pas d'arts martiaux, de paysages grandioses ou de mafia chinoise. Et pourtant, je suis resté scotché les 2 heures 10 que durait le film, et j'aurais aimé qu'il dure encore. En fait, la réalisation est si bonne, les acteurs jouent si magnifiquement bien, la musique est si prenante qu'on prend réellement un plaisir intense à se poser les questions que soulève le film, au sujet de l'amour, et du temps. En particulier la comparaison entre la fille ainée du patron et l'androïde qui comprend les sentiments du voyageur japonais, mais trop tard en raison de son usure, est géniale. Je ne vais pas raconter l'histoire. Non, l'important dans le film, c'est Par contre, .

A noter que 2046 est plus ou moins la suite d'In the mood for love, que je n'ai malheureusement pas vu mais que je vais m'empresser de trouver en DVD. Mon inquiétude est que je suis généralement déçu en revoyant à la télé les films de ce genre que j'avais aimés au cinéma, l'ambiance visuelle et sonore étant prépondérante. On verra !

Plus d'infos sur le film sur Cineasie. L'animation Flash à l'accueil du site officiel anglais/chinois permet aussi d'écouter le thème musical du film.

Festival du cinéma asiatique: excellente semaine !

Comme je l'avais annoncé dans un précédent billet, ma semaine dernière a été principalement occupée par le festival Cinémas et Cultures d'Asie. Sur les 40 films programmés, je n'en ai vus que 5... Ca fait peu, mais d'un autre côté ça fait un tous les 2 jours pendant les 10 jours du festival. Je suis super content de ce que j'ai vu, mais un peu déçu d'avoir raté quelques films qu'on m'a dit excellent après coup. L'année prochaine je me coucherai à 10h tous les soirs avant le début du festival pour être prêt :-)

Donc j'ai vu:

Ca fait donc deux japonais, deux coréens et un singapourien. Mais surtout, ça fait 5 films de genres complètement différents. S'il faut que je fasse un tiercé gagnant je mettrais en 1 The Taste of Tea (film complètement space mais génial), puis Arahan et Silmido. Il y a d'autres films que je tenais beaucoup à voir mais qui devraient sortir au cinéma (plus ou moins anonymement) bientôt, comme Infernal Affairs 2 et 3, ou Ghost in the shell 2.

Il y a aussi La môme singe, grand classique chinois, que je regrette particulièrement d'avoir raté: en fait on y est allé, pour une fois on a pris la voiture et arrivés devant le cinéma Opéra (quartier Terreau pour ceux qui connaissent Lyon), impossible de se garer, tous les parkings même souterrains étant complets ! Frustrant... Ensuite ça a été métro ou vélo pour chaque film.

J'essayerai de revenir dans un prochain billet sur l'histoire de Silmido, film ayant super bien marché en Corée, qui relate un épisode honteux de l'histoire sud-coréenne. Je n'arrive même pas à imaginer voir un jour un film sur les massacres ou tortures commis par l'armée française en Algérie... Ca me fait penser à la chanson de Sinsemillia De l'histoire. OK j'arrête là, j'y reviendrai !

Festival du cinéma asiatique la semaine prochaine à Lyon et Paris

C'est un grand événement à ne pas rater !

Non pas que les films occidentaux sont tous mauvais, mais il faut dire qu'actuellement il n'y a pas grand chose à se mettre sous la dent. La plupart des sorties sont des films soit purement divertissants (mais souvent médiocrement réalisés), soit intéressants mais au rhytme si lent qu'on s"ennuie au bout de 10 minutes.

Donc si vous avez envie d'aller au ciné, de passer 2h de pur bonheur, et que le film que vous avez vu vous reste dans la tête toute la semaine, je vous conseille d'aller jeter un coup d'oeil sur les films asiatiques. Plus particulièrement la nouvelle vague du cinéma asiatique. Je ne suis pas le seul à être bluffé par ce cinéma, je vais citer par exemple cahiers du cinéma:

Le cinéma asiatique, en l'espace de quelques années, est devenu le nouveau centre de gravité du cinéma mondial. Jusqu'ici, seul le Japon, de Mizogushi et Kurosawa à Oshima, de la découverte tardive d'Ozu ou de Naruse à celle récente de Kitano, nous obligeait à nous décentrer de l'axe Europe/Hollywood.

Ces dernières semaines, j'ai en particulier découvert le coréen Park Chan-Wook: j'ai adoré Joint Security Area et Old Boy. Si ce dernier est encore programmé dans votre ville, n'attendez pas ! Pour JSA, vous le trouverez facilement en DVD.

Le film de triade de Hongkong est en plein renouveau également, j'en veux pour preuve l'excellente trilogie Infernal Affairs, que je vous conseille vivement. Bref, si vous souhaitez retrouver l'envie d'aller au cinéma, essayez le cinéma asiatique. Le problème, c'est que beaucoup de ces films ne sortent pas, ou anonymement dans quelques salles, en France. C'est pour ça qu'il ne faut pas rater le festival Cinemas & Cultures d'Asie qui va programmer la semaine prochaine une sélection d'une cinquantaine de films asiatiques.

Ce festival se déroule chaque année dans les cinémas lyonnais, mais en allant faire un tour sur le site officiel je viens de voir que cette année il y aurait des dates à Paris. Cool !