Le Fridge a relayé il y a peu un message de Mark Shuttleworth, annonçant une réunion[1] entre les communautés Kubuntu et KDE pendant le LinuxTag.

Dans ce message, Mark, qui prend en considération la très forte communauté KDE, souhaite que la distribution Kubuntu soit a la hauteur et soit the best example of KDE in action.

Pour cela, il propose notamment de séparer le cycle de release d'Ubuntu et de Kubuntu, pour que Kubuntu can release when KDE releases.
L'avantage est qu'on n'aurait plus une distribution (breezy par exemple) avec plusieurs versions de KDE supportées (KDE 3.4 et KDE 3.5 avec les dépôts riddell). On aurait un Kubuntu parfaitement optimisé pour un KDE donné, et dès le jour de sa sortie.
Par contre, le risque est que Kubuntu s'éloigne d'Ubuntu, qu'on perde la notion "Une distribution pour plusieurs bureaux" (notion déjà mise à mal par le fait que la distribution Ubuntu ne promeut que Gnome).

Kubuntu doit-il aller vers un rapprochement avec Ubuntu, l'union faisant la force (un nom et un artwork unique aident niveau marketing), ou Kubuntu doit-il devenir plus autonome, devenir vraiment une distribution complète basée sur KDE ?

On m'a demandé mon opinion personnelle sur ce que devrait être le futur de Kubuntu par rapport à celui d'Ubuntu, je retranscris ci-dessous ma réponse.

Il y a deux points tout à fait différents:

1) Le point de vue technique

Je suis à 200% pour que techniquement Ubuntu et Kubuntu restent la même distribution. C'est à dire que tous leurs paquets restent les mêmes.
La seule différence doit être la sélection de paquets par défaut: Ubuntu doit apporter un ensemble de logiciels Gnome cohérents, et idem pour Kubuntu.

Dans cette optique, je suis personnellement contre la proposition, évoquée par Mark, de désynchroniser le cycle de releases d'Ubuntu et de Kubuntu.
Ubuntu et Kubuntu doivent rester deux façons de présenter de façon cohérente aux utilisateur la *même* distribution. Je pense qu'il faut prendre garde à ne pas s'éloigner de ce principe de base.

Je sais que ce n'est pas très beau de devoir ajouter les dépots de Jonathan Riddell pour avoir une nouvelle version de KDE, mais ça peut se résoudre avec un dépot officiel "desktop-update" par exemple, non activé par défaut.

2) Le point de vue marketing

J'aurais aimé qu'il n'existe qu'un seul nom Ubuntu, qu'un seul artwork, qu'un seul packaging (à moyen terme la place limitée sur un CD ne sera plus du tout un problème, tout le monde pourra lire des DVD).
Mais j'aurais aimé qu'en ce cas Ubuntu ne soit pas présentée comme une distribution Gnome, une distribution facile grâce à Gnome, mais comme une distribution tout court, comprenant plusieurs bureaux, chaque bureau comportant un ensemble cohérent d'application (contrairement à une distrib comme mandriva dont les logiciels installés par défaut sont très hétérogènes).
Dans cette optique, on séparerait complètement les notions de Ubuntu et de Gnome. Si on voulait parler d'un certain bureau, on dirait Ubuntu-Gnome ou Ubuntu-KDE.
A l'installation, on laisserait le choix à l'utilisateur, avec une capture d'écran de chaque environnement et les principaux avantages de chacun. Ce n'est pas apporter de la confusion à l'utilisateur: ce choix est bien plus compréhensible pour un débutant que tous les autres choix qu'il a dû faire l'or de l'installation de l'OS (notamment le partitionnement).
Et puis l'utilisateur pourrait cliquer suivant, en ce cas il installerait Gnome, qui est je l'admets le bureau plus simple pour un débutant.
Reste le problème (à court terme) de ceux qui veulent graver eux-mêmes leur Ubuntu mais qui n'ont pas de graveur de DVD. Pour eux on peut continuer à proposer des CD dédiés comme actuellement. Mais en laissant le choix du bureau au téléchargement.

Mark et Canonical ont pris une voie différente: associer clairement Ubuntu à Gnome.
Le CD Ubuntu est un CD Gnome et aucun débutant ne devinera l'existence de Kubuntu/KDE.
Je n'accepte pas que KDE devienne seulement un bureau alternatif pour geeks, qu'on ait le vrai bureau Ubuntu officiel, Gnome, et un bureau alternatif KDE, qui n'aura évidemment pas autant de moyens (donc une moins bonne qualité), et très peu de visiblité.
Ainsi, je suis partisan, pour redonner de la visibilité à KDE, pour remettre KDE sur le même plan que Gnome, pour que les gens comprennent que ce n'est pas risqué d'installer KDE, qu'ils auront toujours un environnement tout à fait cohérent, uniforme, de promouvoir la distribution Kubuntu.

Le site Kubuntu-fr[2] va tout faire pour avoir le plus de succès et de visibilité possible, car j'aimerais que tout le monde prenne connaissance de Kubuntu, qui pour moi est la distribution Linux idéale.

Pour résumer: j'aurais préféré que KDE soit un bureau au même titre que Gnome dans une distribution unique Ubuntu. Mais comme ce n'est pas le cas, j'aimerais que Kubuntu prenne de l'importance pour attirer une communauté importante d'utilisateurs mais aussi de contributeurs. Je crois que c'est impossible au sein d'une distribution Gnome, qu'aucune kadeiste n'aura envie de s'impliquer dans une distribution Gnome.
Donc je suis plutôt à classer parmi les fusionnistes, mais dans l'état actuel des choses je ne peux que supporter Kubuntu.

Notes

[1] Un compte-rendu de la réunion, qui n'apporte soit dit en passant pas grand'chose, est disponible sur dot.kde.org

[2] Même moi je me mets au teasing :)